CDG du Pas-de-Calais

L’identité visuelle du CDG62


Le Centre de Gestion de  la fonction territoriale du Pas de Calais

L’identité visuelle du CDG62 est conçue selon un principe de mouvement adaptatif, et d’identité globale.  Plusieurs versions identitaires cohabitent  (mais jamais sur un même document)  Elles sont différentes en termes de surface mais identiques en aspect identitaire. Leur modularité permettant toutes réponses en situations d’utilisations simples ou complexes  Le signe-symbole est un indice de la multiplicité et de la diversité  des collectivités territoriales du département du Pas-de-Calais.
Sur ce territoire commun, toutes, sont associées, de la plus petite commune  à la ville la plus importante – elles sont symbolisées et réunies selon un aspect  géométrique coordonné qui figure la rigueur des fonctions du cdg62  

le principe visuel « irradie » de l’intérieur vers l’extérieur –  Il est assimilable à une émission de lumière, de sens et d’information et de partage  

Préambule  
Un « signifiant » n’existe comme tel que parce qu’il entre en association avec un {signifié}  J-M Klinkenberg  

En l’occurrence, un signifiant peut  également entrer en association avec  plusieurs signifiés.  C’est le cas des 3 signifiants qui constituent  la nouvelle identité du Centre de Gestion de  la fonction territoriale du Pas de Calais, qui  sont l’objet de cette charte graphique.  Dans le triangle sémiotique, aussi appelé  triangle « d’Odgen-Richards », le contenant  « signifiant » et le contenu {signifié} du signe  s’appuient sur un référent ou « symbole ».  Rappelons qu’un signe est comme une boîte  « contenante » qui transmet un message  « contenu » associé à une ou plusieurs idées  « référentes », afin de délivrer une  information aux récepteurs : « le ou les publics ».  On appelle cela « le schéma du processus  de signification ». Ce principe, facilite la  compréhension d’une identité visuelle.  Une fois appréhendé, il est évident et  permet de mettre en place des éléments  de communication, iconographiques où  rédactionnels, ces éléments constituent  le « marbre » d’une communication pérenne et globale.  Associé au déploiement de l’identité  visuelle, le « marbre » permet la  mise-en-place de la stratégie de  communication.  Subjectivité   » Un signe est quelque chose qui tient lieu de  quelque chose sous quelque rapport ou à quelque  titre. » Charles S. Pierce  Cette citation permet de mettre en avant un  fait important : tout individu interprète les  signes qu’il perçoit. Plus largement, cela  justifie la notion de « goût et de couleur », de préférence personnelle.  Ainsi, il convient d’envisager que les  précisions de cette charte graphique,  puissent être interprétées différemment par  tout individu.  Les principes graphiques concrets tels que  « les couleurs », « les formes » sont sujets à  l’appréciation personnelle.  Les signifiés, référents et le sens tels que  « le rayonnement », « la stature  institutionnelle » ou encore « le tissu social »  sont sujets à l’appréciation personnelle.  L’analyse, le commentaire, la justification de  concepts le sont également…  C’est pourquoi le déploiement de la  nouvelle identité visuelle doit être cohérent  et précis, afin d’asseoir la communication du CdG62, et de fédérer les avis autour de son  application et non de « son apparence  esthétique »,  …. il faut donc faire la part entre goûts  subjectifs et efficacité objective.  Cette charte s’emploie à cela.